Tara Llanes ravive ses rêves sportifs à la suite d’expériences qui changent sa vie

La vie de Tara Llanes a changé il y a 12 ans.

Membre de l’équipe féminine senior canadienne de basketball en fauteuil roulant, Tara s’est jointe en 2018, juste à temps pour le Championnat du monde. Elle fera ses débuts en compétition multisports aux Jeux parapanaméricains de 2019, à Lima, en août, visant les Jeux paralympiques de 2020, à Tokyo.

Il y a douze ans, elle visait aussi les Jeux olympiques – en tant que coureuse de bicross. Elle avait repris le sport après de nombreuses années de vélo de montagne.

Puis, sa vie a complètement changé le 1er septembre 2007, durant la finale de l’événement Jeep King of the Mountain, sa dernière compétition de vélo de montagne.

Tara se souvient que quelque chose n’allait pas lorsqu’elle a amorcé la course. Vers la fin, elle a mal estimé le moment d’un saut et catapulté tête première dans la pente d’où elle devait décoller.

Tara a subi un traumatisme majeur au bas du dos – une fracture C-7 et la lésion de la vertèbre lombaire L-1, en plus de paralyser ses extrémités inférieures. Elle ne pourrait plus marcher. « C’était juste un vraiment mauvais cauchemar », a-t-elle dit.

Jusqu’à ce moment, la vie de Tara était consacrée à la compétition, qui faisait partie de son identité. Personne « très compétitive », elle avait grandi avec sa mère à Brea, en Californie. Elles voyageaient souvent pour ses sports.

« Ma mère m’appuyait toujours dans mes sports et ce que je voulais faire », s’est rappelée Tara. Elle pratiquait divers sports, attisant son esprit de compétition. Elle détestait perdre.

Après avoir remporté un championnat national pour l’école secondaire Brea-Olinda, en 11e année, Tara a décidé de quitter le basketball, pour terminer parmi les meilleures. Elle est passée du vélo bicross au vélo de montagne, devenant professionnelle en 1996.

Tara a continué de grimper les rangs, concentrant son attention sur son entraînement. « Je me levais à cinq heures du matin pour aller au gymnase », a-t-elle signalé. « J’aimais la structure. Pour moi, la structure est calmante. » Le vélo de montagne lui offrait ce calme.


Llanes at the Vail World Championships. Photo Credit: Yeti Cycles

« Si je fais quelque chose, c’est toujours à 100 % », a-t-elle ajouté. Tara a pris part à d’importantes compétitions, remportant la médaille d’or aux Biker Winter X Games de 1999 et des médailles aux épreuves de la Coupe du monde.

Tout s’est terminé ce jour-là, en 2007. Sa mère était là à ses côtés pendant la chirurgie et par la suite. « Je pense que c’était juste aussi désastreux, peut-être encore plus, pour elle au début », a déclaré Tara.

Pour Tara et sa mère, l’effet dévastateur provenait de la perte d’identité. « Je pense qu’elle savait que les sports et la compétition étaient ma vie », a fait remarquer Tara. « Donc, si je n’avais plus cela, qu’est-ce que j’allais faire? « Et, elle ne savait rien des parasports et moi non plus ».

Tara dit que c’était angoissant à l’époque, ne sachant plus qui elle était. « Il arrivait souvent que je ne veule plus être là, » s’est-elle rappelée. Je me demandais à quoi ça servait. Je ne pouvais plus concourir avec mon vélo, ce que je croyais être mon but dans la vie. »

Sa vie est devenue « vraiment vraiment sombre », selon elle, car elle a sombré dans une immense dépression. Elle a commencé à faire des choses douteuses, dont se bourrer de médicaments.

Tara a trouvé le tennis en fauteuil roulant, en 2014, après avoir déménagé en Colombie Britannique. « Je l’ai essayé et j’ai trouvé que c’était génial! », a-t-elle avoué. Ce sport l’a sortie de son cafard et lui a permis de se rendre compte qu’elle devait cesser les médicaments et remettre de l’ordre dans sa vie. Il lui a donné la volonté de concourir à nouveau.

Deux ans plus tard, Tara a commencé à jouer au basketball en fauteuil roulant, ce qui lui a rappelé des souvenirs de sa carrière antérieure au basketball. « Je ne savais pas combien il me manquait de faire partie d’une équipe », a déclaré Tara.

Avant de se qualifier pour l’équipe nationale, elle a joué dans la Ligue canadienne de basketball en fauteuil roulant (LCBFR) avec les Royals et les Breakers de C.-B.

Elle aurait bien aimé commencer à pratiquer le sport plus tôt, mais elle dit comprendre qu’elle n’aurait pas été prête juste après sa blessure. « J’aurais été tellement en colère, pendant tant de temps », a-t-elle dit.
« Je ne pense pas que je m’y serais adonnée de la même façon… ce qui n’aurait pas été aussi satisfaisant. »
Tara s’y adonne pleinement maintenant, disant qu’elle aime être avec ses coéquipières. « Le basketball en fauteuil roulant est comme un apogée pour moi », soutient-elle. « Je me sens heureuse dans ma vie. »

Elle a le soutien de sa famille et, aussi, de ses amis. Ils l’encourageront durant la compétition à Lima.

Elle a toujours une forte relation avec sa mère – « ma mère est ma meilleure amie », fait-elle observer, mais cette relation n’est pas aussi étroite qu’auparavant, étant donné qu’elles vivent séparément maintenant. Sa mère est en Arizona. Tara habite à North Vancouver, mais elle compte lui rendre visite après Lima. Elles ne se sont pas vues depuis deux ans.

« Ça fait trop longtemps », dit-elle.

Regardez Tara et ses coéquipières concourir aux Jeux parapanaméricains de 2019, à Lima, du 23 août au 1er septembre, alors qu’elles s’efforceront de se qualifier pour les Jeux paralympiques de 2020, à Tokyo. Les Canadiennes affronteront les joueuses de la Colombie, le 24 août, à 13 h 30 (HE).

©2019 Basketball en fauteuil roulant Canada | Privacy | Policy Disclaimer | Website developed by Xactly Design & Advertising